RAMADAN ET LA CONDUITE

évènement

Organisation du 1er Congrès national, sous le thème : «…

évènement 22 avril 2017

Dans le cadre de la mise en œuvre de son…

Conférence Internationale sur Le comportement routier dans tous ses états.…

évènement 27 févr. 2017

Il est communément admis que la question du comportement dans…

Ramadan et la conduite


Le jeûne a des effets secondaires sur les aptitudes physiologiques et psychologiques des conducteurs nuisant aux conditions de sécurité routière pendant le mois de Ramadan.

Les effets secondaires du jeûne

Jeûner le Ramadan pendant une longue journée d’été peut conduire à l'hypoglycémie et la déshydratation. Pendant cette période, celui qui jeûne peut se sentir fatigué et sans énergie. Jeûner peut également provoquer des étourdissements et la perte de la concentration.

Les habitudes de sommeil changent pendant le Ramadan. Les gens restent en général debout jusqu'à tard dans la nuit perturbant les cycles de sommeil. Ce manque de sommeil provoque des problèmes tels que la baisse de vigilance, l'irritabilité et la somnolence.

Les conséquences du jeûne sur la conduite

Le manque de sommeil ainsi que le changement des heures de repas affectent la capacité du conducteur à rester vigilant pendant la conduite. Des études indiquent que le jeûne affecte le fonctionnement cognitif, et cela a un effet direct sur la capacité de conduire. Elle affecte deux domaines : la réactivité et la perception des choses qui sont toutes les deux essentielles à la conduite.

En moyenne, les accidents de la circulation augmentent au cours du mois de Ramadan surtout en fin de journée. Cela est dû à plusieurs facteurs : baisse de la glycémie, augmentation de l’état de stress, de nervosité et d’irritabilité du conducteur en raison de la faim, de la soif, du manque de sommeil, de la fatigue, du sevrage en matière d’excitants comme la cigarette ou le café auxquels une partie des conducteurs est dépendante. La fatigue cumulée au cours de la journée et du mois en entier réduit le niveau de concentration du conducteur et donc son temps de réaction.

Au cours du mois de Ramadan, le conducteur fait moins attention, il est moins vigilant tout en subissant un état de stress qui peut se répéter chaque jour : arriver le plus tôt possible à destination pour prendre son « F’tour » à l’heure, qu’importe la vitesse ou les panneaux de signalisation. L’heure avant la rupture du jeûne est souvent synonyme de course contre la montre où certains conducteurs mettent de côté le Code de la Route pour arriver à destination. Au moment de la rupture du jeûne, le trafic réduit dans les avenues et les rues est un facteur qui encourage les conducteurs à augmenter leur vitesse pour rattraper leur retard. C’est à ce moment que surviennent les accidents graves.

Dernières actualités

DERNIERS TWEETS #CNPAC

marokkoMAROKKO.nl

CNPAC roept weggebruikers Marokko op om tijdens Eid Ul Fitr en zomervakantie extra voorzichtig te zijn -… https://t.co/6ULkPByiYu

ReplyRetweetFavorite
UnMarocainUn Marocain مغربي

Aid Al Fitr et vacances d'été: Le CNPAC appelle les conducteurs à la vigilance https://t.co/kZIwRUYToE

ReplyRetweetFavorite
MarocPressMaroc Press

Le CNPAC appelle les conducteurs à la vigilance https://t.co/3v6dauSBJY - #Maroc

ReplyRetweetFavorite
mawajizMawajiz

Aid Al Fitr et vacances d’été : Le CNPAC appelle les conducteurs à la vigilance https://t.co/bUNxVflzi0

ReplyRetweetFavorite

Log In

Create an account